Loustal / Les coqs en suede

Stockholm 58  (1958)
signé sous le pseudonyme Jim Cole's
"Coqs de Buenos Aires"  Spécial Bandes Dessinées 1978

create a website for free

page 3 -7
L'une des premières missions commerciales de Loustal. Il n'avait rien sur le sujet

"Coqs de Buenos Aires" Mundial 1978 "L' epopee du XI national et sa qualification au...


interview / entretien  P.L.G.P.P.U.R (Plein La Gueule Pour Pas Un Rond) , revue d'études, n° 21 de l'automne 1986

Avez-vous gardé des contacts avec les gens que vous avez connus à cette époque ?

Je croise Tito de temps en tems parce qu'il a continué. Je vois souvent Vuillemin qui avait fait je crois la même chose que moi. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois à Cyclone et nous avons suivi des voies assez semblables en nous tournant tout de suite vers des revues qui nous garantissaient une certaine liberté de création. D'autre part, il s'est passé quelque chose qui nous a un peu rapprochés avec Vuillemin. Un éditeur véreux qui a complètement disparu depuis avait pressenti qu'il était facile d'exploiter cette petite équipe des dessinateurs de Cyclone. Nous recherchions de l'argent et des producteurs pour faire des trucs plus importants, lancer une revue avec une couverture couleur par exemple. Cet individu nous a donc proposé de nous faire travailler et nous avons préparé comme ça une bande dessinée pour lui sur Buenos Aires et le Mundial, c'était en 78. >>

>>

Plusieurs collaborateurs réguliers de Cyclone ont fait ainsi quelques pages dans cet album qui s'appelait Les Coqs à Buenos Aires. Il était très nul et n'a pas marché mais nous avons été payés. Récemment, je suis retombé dessus d'une manière curieuse : c'était à Essaouira au Maroc, j'avais, décidé d'acheter des pistaches et le vendeur fabriquait ses cornets en papier à partir des pages de ce bouquin qu'il déchirait une à une... Notre type voyait grand et il avait d'autres idées derrière la tête. Il voulait aussi sortit une collection de petits livres de cul au format des « fumetti » et il nous promettait des sommes qui à l'époque m'intéressaient bien. Il fallait travailler assez vite, produire 96 planches de BD en quinze jours avec deux images par page. Nous avons foncé là-dessus avec Vuillemin et nous avons fait chacun un album que nous sommes allés livrer et dont il ne reste rien. Je n'ai pas fait de photocopies et le truc a complètement disparu. L'éditeur s'est volatilisé et je ne sais absolument pas ce qu'est devenu ce boulot, je n'ai rien réussi à récupérer...


https://www.loustal.nl/plg21_text.htm