WB01343_.gif (599 bytes)

Barney wilen
Barney Wilen story
Barney Wilen Discography 1954 - 1961
Barney Wilen Discography 1961 -1990
Barney Wilen Discography 1991 -20
13
Barney Wilen Extra
Barney Wilen movie
Barney Wilen, Blue melody, 2011
http://vimeo.com/barneywilen

Barney Wilen Youtube (web 2.0)

Barney Wilen Youtube

ALLÉE BARNEY WILEN


Blog Barney Wilen:
http://www.barneywilen.net/
http://www.facebook.com/barneywilen


www.barneywilen.com
 

 


 



 

 

 

Barney Wilen March 4, 1937 - May 25, 1996

Basically a tenor player, Wilen made his name when Miles Davis chose him to play in a group he was fronting in Europe in 1957. But Wilen had already garnered a reputation with visiting Americans for a considerably accomplished technique and a real mastery of hard-bop forms. The Fontana album is an early one, combining two film soundtrack scores: Un Temoin is curtailed to fit the purposes of the film, and the group never really get going, but Wilen and Dorham have a few nice moments. Jazz Sur Seine is more like a regular quartet date, with Jackson (on piano for once), Heath and Clarke. Most of the tunes are French jazz staples - a thoughtful `Nuages', a bright `Swing 39', and they finish on Monk's 'Epistrophy'.  

 

wpe1.jpg (11124 bytes)
Barney Wilen

Jazz Magazine N° 461 de juillet-août 1996, Barney Wilen


Barney Wilen at the club Saint-Germain April 1959


Club St Germain Paris 1957: Barney Wilen (ts), Kenny Clarke (d), Miles Davis (tpt)

Wilen's subsequent visit to play at Newport in 1959 is commemorated by the Fresh Sound CD, although there's only 20 minutes of music from that occasion: Akiyoshi plays exuberant bebop piano in support and Wilen's even, supple tenor works patiently and impressively through `Passport' and `Barney's Tune', with what was then a rare appearance of the soprano on "Round Midnight', in which his tonal control is impressive. Two other tracks of unclear date find him with Powell (very subdued), Terry and Clarke; Wilen's solo on `No Problem' is typically artful - since the recording is subject to some vagaries of balance, he seems to emerge from the shadows here. There is also another "Round Midnight' with a German rhythm section. The sound is very mixed throughout but it's listenable enough.  


BARNEY WILEN original photo 1961
This b/w picture was taken by Riccardo Schwamenthal in Milano (Italy) 1960 and shows BARNEY WILEN tenor sax with BUD POWELL piano, JAXQUES HESS bass, ART TAYLOR drums. The photo is cm. 21,30 x cm. 16,50 printed on card which measures cm. 24,00 x cm. 17,50 (about 9,50 x 7,00 inches) with a white frame. The picture is signed on the back by the author.


photo originale de Barney Wilen 18 x 13 cm, prise sur le plateau de télé-Paris le 25-6-1957 par O'dette Baumont


photo originale 13 x 18 cm de Barney Wilen, Jack Sels, Jean Blaton à Bruxelles.

 

Wilen's contract for IDA helped create a comeback for a fine musician. In the 1980s he tinkered with jazz-rock and African rhythms (he went to live in Africa in the late 1960s) and his return to a bop-inflected style has something of the full-circle maturity which Stan Getz came to in his later work; Wilen's tenor sound does, indeed, have something of the magisterial sweep which Getz delivered, but the main character of his playing continues to lie in his even trajectory. His solos have a serene assurance which eschews dynamic shifts in favor of a single flowing line. With his tone still exceptionally bright and refined, it grants his playing a rare, persuasive power.  

La Note Bleue was a disappointing start, though, because the record is so bitty: what seem to be little fragments and codas from longer pieces are made into whole tracks, the material is dryly over-familiar, and the pieces are cut short before the group can get going. With Wilen perfectly adept at long solos, this foreshortening sounds wrong. French Ballads is better, although some of the playing again seems proscribed, and Wilen dispatches a few of the themes with a too casual finesse. Wild Dogs Of The Ruwenzori finally establishes his second wind: it's beautifully programmed, with straight-ahead swingers, hints of calypso rhythm and a few deftly understated fusion pulses setting a delightful variation in tempos The title-tune and 'Pauline Extended' bond Wilen's solos into a tight electronic framework, but his latest reflections on Rollins in `Little Lu' and the two versions of `Oh Johnny' are flawlessly paced and delivered. The rhythm section does well on all three records. 

 


BARNEY WILEN and FLAVIO AMBROSETTI

This b/w picture was taken in Bologna (ITALY) 1961 by Riccardo Schwamenthal. The photo, unframed, measures cm. 17,50 x cm. 24,00 (about inches 7,00 x 9,50) The picture is signed overleaf by the author.


 

Sanctuary continued Wilen's good run. Catherine switches between acoustic and electric instruments and Wilen chooses classical rapture or firm, propulsive lines depending on the tempo. Danielsson's third voice is immensely rich and apposite. One might pick out the absolutely lovely reading of `How Deep Is The Ocean', but there's scarcely a weak moment on the record.


This b/w picture was taken in Paris (FRANCE) by Riccardo Schwamenthal. Barney Wilen, and o
n the trumpet probably Jimmy Deuchar, on bass Unknown. The photo, unframed, measures cm. 17,50 x cm. (1961)


BARNEY WILEN and FLAVIO AMBROSETTI

This b/w picture was taken by Riccardo Schwamenthal in Bologna (ITALY) 1961. I don't know who are the bassist and the drummer, can somebody help me? Thanks!!! The photo, unframed, measures cm. 17,50 x cm. 24,00 (about inches 7,00 x 9,50) The picture is signed overleaf by the author.

 

Wilen is still in great voice here. Perhaps Waldron isn't an ideal choice, since his usual impassive stance dries out some of these romantic melodies to the point of desiccation: 'Les Paraplegias De Cherbourg' sounds like a dirge at the start. But it pays off over the long haul, with a powerful `Autumn Leaves' and a still, serene, ominous treatment of two of the `Lift to the Scaffold' themes. The saxophonist breaks new melodies and ideas out of all this material and, though he sounds tired at some points, it adds to his gravitas.

 
Barney Wilen  + Barney Wilen Quintet -  
26 may 1987  Jazz festival van Angoulême 

A certain waywardness crept into Wilen's playing; while it subverts some of the sax-meets-rhythm expectations, it isn't always comfortable. The duet with Jean-Marie comes from a 1991 festival appearance: Wilen sounds rusty on `Latin Alley' and the exposed format doesn't always suit him, but the long, serpentine lines of `No Problem' and `Afternoon In Paris' have all his old mastery. His tone on tenor is taking on a foggy side which sounds even more pronounced on the rare baritone outing on `Blues Walk' from New York Romance. This is one of several albums Wilen has recorded for the Japanese Venus label, this one then being licensed to Sunnyside. Compared to the supersharp rhythm section, Barney sounds a little bleary here and there, and his imprecision isn't always beneficial: the rather taut and wound-up `You'd Be So Nice To Come Home To' is disappointing. But the desolate soprano outing on `Cry Me A River', with its wide dynamic contrasts, and an unexpectedly slow and bleak `Mack The Knife' show his powers as yet undimmed. His passing in 1996 was another sad loss. He died  May 25, 1996 in Paris, France. 


Barney Wilen et Philippe Paringaux  avec A suivre nr 94
(nov. 1985) couv. coul. Barney et la note bleue,  Sc. Paringaux. 

 

Barney Wilen

Ce microsillon était attendu de tous depuis plusieurs mois. Sa sortie était tenue pour une date importante dans la carrière de Barney Wilen. « Le premier grand album de Barney, et sous son nom, you dig ? », disait-on rue Saint-Benoît. On a, il est vrai, beaucoup parlé de ce recueil avant sa parution : Barney Wilen, qui est, à l'âge de 23 ans, un saxophoniste de réputation mondiale (tous les journaux spécialisés que nous connaissons, de l'Europe et des deux Amériques, lui ont consacré des articles) avait enregistré, aux plus beaux jours d'avril 1959 (le 24 et le 25) quelques bandes magnétiques en compagnie de deux compatriotes et de deux « américains à Paris». La composition de ce groupe ne résultait pas d'un accommodement avec le hasard mais d'un choix défini que la circonstance rendait possible : en rassemblant Duke Jordan (piano), Paul Rovère (contrebasse) et Daniel Humair (batterie), on formait une section rythmique d'esprit étonnamment jeune, capable de créer le climat le plus favorisant pour Barney. En donnant à celui-ci Kenny Dorham (trompette) pour partenaire, on lui donnait un illustre compagnon une sorte de parrain couronné, dont la seule présence paraît le filleul d'un nouveau titre de noblesse.  

 

Besamo mucho, Lady Bird, Jordu et surtout Stablemates vous feront sans doute découvrir un Barney Wilen que vous n'aviez jusqu'ici qu'entrevu. C'est un saxophoniste accompli, merveilleusement lyrique et inspire, swinguant comme un possédé, que ces morceaux vous révéleront. La jeune voix de son tenor chante des melodies improvisées dont l'exactitude rythmique qui évoque celle du grand Hawkins ; ses variation émues sur un motif ont la flamme d'un Bechet. Mais c'est déjà trop de deux comparaisons : ce qu'exprime Barney Wilen est bien de lui, et s'il convient as noter qu'il connaît les grands maîtres, il faut observer aussi qu'il garde toujours l'accent de sa Nice ensoleillée (où il naquit le 4 mars 1937, sous le signe des Poissons), avec le côté souvent «tzigane» du cat qui a beaucoup écouté Grappelly. Stéphane, justement, un jour où il vint rue Saint-André-des-Arts (la bien nommée) entendre ce disque pour la première fois, sous le regime du «blindfold test», apprit avec surprise que le saxophoniste dont il avait tant apprécié l'audition était Barney. II s'écria : « Sans blague ? C'est le petit qui habitait à deux portes d'ici ? Eh bien, c'est devenu un grand musicien !» On ne saurait mieux dire.

 «J'avais proposé à Sonny Rollins de jouer à San Remo en me disant : ça fera plaisir à Barney de l'entendre en direct...» C'est Marcel Romano qui, fouillant sa mémoire pour retrouver l'histoire, les anecdotes qui entourent les séances de Barney, évoque, entre autres digression, le «cadeau» qu'il avait voulu faire au plus jeune des deux saxophonistes - Barney Wilen avait vingt-et-un ans, Rollins vingt-huit, et le festival de San Remo devait avoir lieu les 21 et 22 février 1959, soit un peu plus d'un an après que Marcel Romano ait offert au jeune niçois l'occasion d'une rencontre encore plus décisive : la musique du film «Ascenseur pour l'échafaud» avec Miles Davis... D'autres cinéastes avaient aussitôt envisagé de renouveler l'expérience. Passionné de jazz et de cinéma, familier des deux univers, qui souvent s'interpénétraient certains soirs au Club Saint-Germain, Marcel Romano, catalyseur d'innombrables événements dans le monde du jazz dont la rue Saint-Benoît était l'un des centres, s'imposait comme l'interlocuteur, le go-between idéal : « Edouard Molinaro, qui terminait le tournage d'«Un témoin dans la ville» et avait apprécié le travail de Miles pour le film de Louis Malle, m'avait demandé si le trompettiste accepterait de travailler à nouveau pour une bande-son... Mais Miles était passé à autre chose, il avait d'autres projets, un nouveau groupe, auquel il tenait - à la rigueur si la musique avait pu être enregistrée à New York, avec ses musiciens... Comme je souhaitais mettre Barney sur un « piédestal », j'ai cherché, lors d'un voyage à New York, un autre trompettiste prestigieux. J'ai fini par contacter Kenny Dorham, dont on se souvient qu'il avait succédé à Miles auprès de Charlie Parker et fait partie des premiers Jazz Messengers. Il a accepté, et je 4 l'ai fait venir à Paris. Pour compléter le groupe, j'avais fait appel à Duke

 Jordan et prévu Kenny Clarke - mais si Kenny apparaît effectivement sur la bande-son du film, il n'était pas disponible pour les soirées au Club SaintGermain, ayant été retenu au terme d'une tournée en Italie. C'est donc un Genevois de vingt ans, installé à Paris depuis quelques mois, qui a tenu la batterie : Daniel Humair, et il a fait merveille... » Quant à la contrebasse, certains ouvrages discographiques l'ont attribuée à Gilbert «Bibi» Rovère, autre transfuge de «l'école niçoise» d'où était issu Barney. C'était oublier l'aîné des Rovère, Paul, qui fut aussi un compagnon des premières apparitions publiques du saxophoniste prodige.

 Mais le moins surprenant avec ce disque n'est pas que sa première édition ne fasse pas la moindre allusion au lieu où il fut enregistré, live. Pourtant... «Le Club Saint-Germain, qui de 1953 à 63 était dirigé par Michèle Michel, a été, raconte Marcel Romano, un lieu mythique du jazz en Europe. Y jouer était une consécration pour un musicien, tous les Grands y sont passés - et c'était véritablement un club : pour y entrer on devait présenter une carte de membre. C'était plus «chic» que les autres lieux parisiens, certains personnages venaient d'ailleurs s'y montrer, surtout des gens de cinéma - parmi les habitués, il y avait Jean-Pierre Melville, Gene Kelly, Jacques Becker, qui y était même venu avec Gina Lolobrigida... Michèle Michel me faisait confiance lorsque je lui proposais d'y faire jouer des groupes dont je m'occupais - cela me permettait de compléter les tournées que j'organisais. Pour élargir l'audience, j'avais suggéré des «matinées», avec un tarif particulier qui permettait d'accueillir, le samedi et le dimanche de cinq à sept, des étudiants... Dès que Barney est «monté» à Paris, il a fait partie de cette pros grammation spéciale. Beaucoup de jeunes venaient pour écouter, mais il y avait aussi tout un public de danseurs...»

 Le microsillon initial (comme ses rééditions pirates) ne comportait que quatre thèmes, extraits de l'enregistrement des deux soirées au Club  

barney_et_la_note_bleue_copy.jpg (27679 bytes)
Barney et la note bleue 1987

 «Besame Mucho, ils ne l'ont joué qu'une fois... Quant au thème qui allait devenir celui du film de Molinaro,Témoin dans la ville, on l'appelait aussi, en plaisantant, La vie n'est qu'une lutte. . . Everything Happens To Me, entre autres thèmes qui ne figuraient pas dans la première sélection, était aussi l'une des premières occasions d'entendre Barney au soprano... C'est Daniel Filipacchi, alors directeur artistique «jazz» chez RCA, qui avait choisi la photo de la pochette et le titre de l'album... Etant donné tout ce qui avait été enregistré, - je tenais à conserver une trace de cette formation, - ce disque aurait pu avoir une « suite », mais les ventes ne furent pas satisfaisantes, je crois même qu'on n'avait pas réussi à couvrir l'avance qui nous avait été accordée...»

 Barney Wilen aujourd'hui est parti, nous laissant, entre autres messages «Tentons donc d'attraper les étoiles, et de ne pas devenir une statistique de plus dans la liste honteuse des civilisations déchues. Le jazz est notre véhicule. . . »

Philippe Carles (Jazz Magazine) Février 1997


Barney Wilen Discography 1957 - 1962

Barney Wilen Discography 1962 -1990

Barney Wilen Discography 1990 -2003

 

FILM/VIDEO



Les Liaisons Dangereuses (Dangerous Liaisons). A Roger Vadim movie, released in 1960, which has a jazz soundtrack featuring the Thelonious Monk quartet as well as Art Blakey, Barney Wilen and Duke Jordan, who also appear. 1959 - New York, 111 minutes, B & W - in French, a version was also available with English subtitles.


45t EP FONTANA 460660 / Film de VADIM avec Gérard PHILIPPE / Musique avec ART BLAKEY'S JAZZ MESSENGERS et la participation de Barney WILEN


FONTANA RECORDS SRF-67539 (1965).  MUSIC BY J. MARRAY. ART BLAKEY AND THE JAZZ MESSENGERS WITH BARNEY WILEN



Dangerous Liaisons 1960 (1959) 1959, Foreign Film, N/R Director: Roger Vadim With: Jeanne Moreau, Gerard Philipe, Annette Vadim, Jeanne Valerie, Jean-Louis Trintignant, Simone Renant, Boris Vian, Nicolas Vogel, Frederick O'Brady, Gillian Hills In this update of Laclos' eighteenth-century novel, a married couple is forever looking for fun, excitement, and sex (with others, but innocent, of course). It does a good job of catching the mood of the late 1950s France, and was later remade in the U.S. (a.k.a. "Les Liaisons Dangereuses")

Roger Vadim takes his patented obsessions with beauty and the tawdry, destructive behavior that inevitably accompanies it to the French literary classic LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos's scathing 18th-century epistolary novel. Jeanne Moreau and Gérard Philipe play Valmont and Juliette, two equally beautiful and equally cruel married hipsters scouring the smoky and chic underworld of beatnik-tinged 1960 Paris for their next amorous victims. A highly charged jazz soundtrack (by Thelonious Monk, Art Blakey, Barney Wilen and Duke Jordan) underscores the decadence as Valmont and Juliette compare and contrast their cruel infidelities, each trying to outdo the other. When Valmont’s latest obsession, Marianne (played by Vadim’s wife, Annette), begins to capture his heart, the game is up and Juliette seeks revenge, bringing destruction and disaster in her wake. Moreau and Philipe inject their characters with sultry new-wave hipness, giving the film a cool and devastating contemporary pathos. Vadim’s transposition of the casual cruelties and excruciatingly subtle protocols of 18th-century French court life is uncannily accurate, and the director brings themes developed in his earlier masterpiece, AND GOD CREATED WOMAN, to a sophisticated crescendo of visual and psychological eroticism, romance, and ennui.
DANGEROUS LIAISONS is Roger Vadim's original film version of Choderlos de Laclos's scandalous 18th-century novel transposed to a modernized setting to create an unforgettable portrait of a decadent society.
"...DANGEROUS LIAISONS 1960 reveals Vadim's understanding of the relationship of sex and love and the complicated interplay of power and emotion between lovers..."


2 CD - Japan import, Label : Philips Tokyo , auf diesen beiden CDs sind folgende Filmusiken in audiophiler Klangqalität: 1: Miles Davis - Ascenseur pour l echafaud ( Fahrstuhl zum Schafott), 2: Art Blakey - Des Femmes Disparaissent ( mit Benny Golson, Lee Morgan, Bobby Timmons, J.Merritt) 3: Art Blakey - Les Liaisons Dangereuses mit L. Morgan, Barney Wilen, B.Timmons usw.. 4: Art Blakey & Barney Wilen Quatet - L eau a la bouche und J irai cracher sur vos tombes.

 Wunderbare Filmusik zu den französischen Filmen, Höchstbewertung für Klang und Musik,Bei Miles Davis spielen noch Barney Wilen, Rene Urtrger, Pierre Michelot und Kenny Clarke mit. Sammlerstück ( bekommt man nie wieder) - 

Miles Davis Quintet--Ascenseur pour L'echafaud! Bande originale du film de Louis Malle!WOW! Recorded: December 4, 1957 a Paris!
Original Japan Pressung auf Philips Records Nr: SFX-10546 (M);

Personel:
Miles Davis: trumpet
Barney Wilen: tenor sax
Rene Urtreger: piano
Pierre Michelot: bass
Kenny Clarke: drums
tracklist:
Generique/ L'assassinat de carala/ Sur l'autoroute/ Julien dans l'ascenseur/ Florence sur les Champs-Elysees/ Diner au motel/ Evasion de Julien/ Viste du vigile/ Au bar du petit bac/ Chez le photographe du motel!


Art Blakey's Jazz Messengers Feat. Barney Wilen - Les Liaisons Dangereuses 1960 (CD Album)
Blakey, Art
Editeur : Universal/Universal Jazz
Sortie : 01/01/2000
 


 

Bud Powell, Club St. Germain, Paris, 10/13/59, Barney Wilen (tenor sax), Clark Terry (trumpet), Pierre Michelot (bass) and Kenny Clarke (drums), Toshiba/EMI #TOLW-3107, Crossin' the Channel, No Problem, Pie High, 52nd Street Theme, Blues in the Closet, Miguel's Party; Bud Powell, The Blue Note, Paris, 12/27/59, Lucky Thompson (tenor sax), Jimmy Gourley (guitar), Pierre Michelot (bass) and Kenny Clarke (drums), Get Happy, John's Abbey, Anthropology

 



Ascenseur Pour L'Echafaud (Lift To The Scaffold): Original Soundtrack

L´Ascenseur pour l´échafaud (Lift to the Scaffold) France 1957. 90 Min., Direction: Louis Malle, Music: Soundtrack by Miles Davis Quintet (Miles Davis, Barney Wilen, René Urtreger, Pierre Michelot, Kenny Clarke); Maurice Ronet, Jeanne Moreau, Georges Poujouly, Lino Ventura

This record is clearly a soundtrack, but it's also THE soundtrack for any improvising jazz soul. Most of the tracks appear in alternate versions, it doesn't matter really, just adds to the mood. The mood on this record is so dense you can almost cut through it. Miles plays with such conviction, as if he has finally found his own suberb sound. Its spare and stark yet in a very sophisticated way.The teaming with with Kenny Clarke and the 3 french musicians is great, Barry Wilen the saxophonist makes the best of the opportunity, dancing along with Miles, making this essential listening. Tracks like "Chez Le Photographe Du Motel" and "Au Bar Du Petit Bac", will forever leave memories in my mind of quiet sunny days just pondering on the subtlety of life.
Essential recordings: · Miles Davis 
Audio CD (October 25, 1990)
Label: Polygram Records 
ASIN: B000004785 


MILES DAVIS ‚Ascenseur Pour L’echafaud’
Rare French Miles Davis beutiful soundtrack: "Ascenseur pour l'echafaud"
Also on this LP : "un temoin dans la ville" soudtrack feat Barney Wilen , Kenny Clarke , Kenny Dorham , Paul Rovere , Duke Jordan
and  "Les Femmes disparaissent" feat Art Blakey and the Jazz Messangers . Score by Marcel Romano
Label : Fontana (French)
Serial number : 680242 TL

 





 


MILES DAVIS – LIFT TO THE SCAFFOLD (1957)
Audio CD (October 2, 2003)
Label: Universal 
Tracks:
Lift to the Scaffold (Ascenseur pour l’èchafaud)
Paris, 4.12.1957
Personnel:
Miles Davis – trumpet
Barney Wilen – tenor sax
Rene Urtreger – piano
Pierre Michelot – bass
Kenny Clark – drums
Total time 73:45

  MILES DAVIS ‚Ascenseur Pour L’echafaud’


Miles Davis trumpet / Barney Wilen tenorsax / Rene Urtreger piano / Pierre Michelot bass Kenny Clarke drums
Mini LP.
Filmmusik (Fahrstuhl zum Schafott) komponiert und gespielt von Miles Davis

Side 1: Generique / l’Assassinat de Carla / Sur l’autoroute / Julien dans l’ascenseur / Florence sur les Champs – Elysees
Side 2 : Diner au motel / Evasion de Julien / Visite du Vigile / Au bar du petit bac / Chez le photographe du motel


 

Si J'Avais Quatre Dromadaires (If I Had Four Camels), 1966, Written by Adrian Miles. The film consists of shots of 800 of Marker's photographs filmed with a commentary. Director: Chris Marker,Producers: Henri Régnier, Claude Joudioux, Photography: Chris Marker, Assistance from: J.F. Larivière-Brochard, Christine Lecouvette, Wolfgang Thiele, Narration: Pierre Vaneck, Nicolas Yumatov, Catherine Le Couey, Music: Lalan et Trio, Barney Wilen, Sound: Antoine Bonfanti, 49 minutes (Meeker lists as 73 minutes) Black & White, References: Baker, 1989.

 


Le Coeur Fantome, (The Phantom Heart), by Philippe Garrel. A dramatic comedy, Philippe, painter and father of two children, discovers that his wife misleads him. He leaves and remakes his life with Justine, 20 years. But he misses his children. In this new family chronicle, it presents the pain of a son haunted by his past and those of a father made to feel guilty to have given up his children. France, 1996 Director: Philippe Garrel, Noemie Lvovsky, Marc Cholodenko, Music: Barney Wilen, With: Shine Rego (Philippe), Aurelia Alcaïs, Maurice Garrel (the father), Evelyne Didi (Annie), Roschdy Zem (Moand)

 

LE COEUR FANTÔME (1996)

Titre US ou Original : -

DOSSIER DE PRESSE ORIGINAL FRANÇAIS + 1 PHOTO PRESSE N/B

Réalisateur : PHILIPPE GARREL * Scénario : Marc CHOLODENKO - Noémie LVOVSKY

Avec : LUIS REGO - AURELIA ALCAIS - MAURICE GARREL - ROSCHDY ZEM - VALERIA BRUNI-TEDESCHI

Musique : BARNEY WILEN

DOSSIER DE PRESSE PETIT FORMAT - ENVIRON 20 PAGES

- COUVERTURE TITRE N/B

- ILLUSTRATIONS INTERIEURES : AUCUNE

- AVEC INTERVIEW DU REALISATEUR

- TOUS LES DETAILS DU FILM : Synopsis, liste artistique et technique, filmographies réalisateur et acteurs(trices), informations diverses...

DOSSIER EN EXCELLENT ETAT sans déchirure ni écriture, petites marques d'usage (taches)

 


Baisers de secours, Les (1989) 
Directed by Philippe Garrel 
Original Music by Barney Wilen 
Scénariste Marc Cholodenko , Philippe Garrel 
Acteur(s) 
Anémone Minouchette 
Maurice Garrel Le père de Mathieu 
Philippe Garrel Mathieu 
Yvette Etievant La mère de Mathieu 
Brigitte Sy Jeanne 
Louis Garrel Lo 
Aurélien Recoing le comédien 
Compositeur Barney Wilen 
Directeur de la photographie Jacques Loiseleux 
Chef monteur Sophie Coussein 
Also Known As: Emergency Kisses (1989) (International: English title)

Synopsis :Mathieu, pour son nouveau film, choisit de confier le premier rôle féminin à Minouchette, une actrice connue. Sa femme Jeanne, comédienne également, considérant que ce film est "son" histoire, prend cette décision pour une trahison.
Ils se séparent. Lo, leur enfant est balloté de l'un à l'autre. Pour Mathieu, c'est une période de solitude et de doute. Lorsque Jeanne lui revient, le couple se reforme mais cette épreuve aura été une alarme.
 
Critique :Pour Gérard Lefort (Libération), le film produit "des images philosophiques qui font réfléchir sur son propre cas". Belle photo en noir et blanc, musique blues envoûtante. Mais la narration très distanciée fait réserver ce film secret et douloureux aux spectateurs que passionnent les déchirements très intellectualisés du coeur et de l'esprit.

Article de Claude Bouniq-Mercier, lequel donne 2 étoiles au film 
dans le Guide des Films A-K de Jean Tulard, Robert Laffont, 1990.



 

Erroll Garner / Bud Powell 61 min., b&w, mono. Bud Powell (p), Pierre Michelot (b), Kenny Clarke (dr) with Barney Wilen (ts) and Clark Terry (tp) or Lucky Thompson (ts) and Jimmy Gourley (g) live in Paris, October & December 1959. Erroll Garner (p), Ernest McCarty (b), Jimmie Smith (dr), Jose Mangual (perc) live at the ORTF in May 1972.

 


Jazz sur la Cote d'Azur Filmed 1963 60 min., Secam VHS Bill Coleman (tp) Guy Boyer (p,vib) Don Byas (ts) Roger Guerin (tp) Barney Wilen (ts) Peter Giger (dr) plus Dizzy Gillespie 5 for 1 tune Tunes: Metro Jazz, I got rhythm, Lover man, Autumn leaves, Trois Malletts Jam, I can't get started, Vibre my love, Blues relache, Roby's riff, My melancholy baby

 


La Jetee 
The main scene of the film is a child and a woman's face on Orly's esplanade. It is the leading character's obsession, who now, adult, is a prisoner of the world war three winners in Paris underground. There, he is scientifically tested to travel in the time dimension. The man goes back to the past, falls in love with an airport woman and becomes aware of his remembrances. The two protagonists arrive at the airport platform and he is sure he doesn't want to come back to the present time, but there are some "future agents" who want to force him to do it. The scene he saw when he was a child was just his death's one. The travel in time was not a new subject in 1962, but "La jetée" is a completely unconventional film as to construction. The editing links are frozen but meaningful instants to each other. The photography stillness gives a sense of temporal suspense of the story, and, at the same time, has a documentary function, like Bellour said in 1990. The picture story/comics shape of "La jetée" coincides with the theme of the film, death, as the result of the superimposition of future upon present. Direction and photography : Chris Marker. Editing: Jean Ravel. Music: Lalan e Barney Wilen. Co-production APEC and ISKRA. B&W, France, 1962. Duration: 28'.
Also Known As Pier, The (1962)

 


A Propos d'un Muerte Fictional short about a woman who murders her lover. Direction: Christian Ledieu, Music: Barney Wilen, France, 1966, Duration: 16'.

 



Film italien, français (1959). Policier. Durée : 1h 30mn.


Un Temoin Dans La Ville / Jazz Sur Seine Fontana 832658-2 Wilen; Kenny Dorham (t); Duke Jordan, Milt Jackson (p); Paul Rovere, Percy Heath (b); Kenny  Clarke (d); Gana M'Bow (perc). 58-59. 
Recorded 1959,PARIS
FONTANA
NIPPON PHONOGRAM PHCE-4022
Soundtrack 10 inch LP, "un témoin dans la ville" on French FONTANA 660.226 

Un Temoin Dans La Ville (A Witness In the City)



FRENCH BARNEY WILEN 7' WITH PIC.SLEEVE AA 261.119( original french promotional edition,with some film dialogues before each track)Tracks:TEMOIN DANS LA VILLE / LA VIE N'EST QU'UNE LUTTE.Musicians;Barney Wilen,Kenny Clarke,Kenny Dorham,Paul Rovere and Duke Jordan

Film de Edouard Molinaro avec en acteur principal Lino Ventura

Musique de Barney Wilen au saxo, Kenny Clarke à la batterie, Kenny Dorham à la trompette et Duke Jordan au piano.

 


Mental Cruelty

In 1960, an astonishing jazz ensemble was convened by Swiss pianist George Gruntz to create a soundtrack for the Hannes Schmidhauser film Mental Cruelty. The group included bebop innovator Kenny 'Klook' Clarke on drums and saxophonist Barney Wilen, two of the most swinging and sensitive musicians on the planet. Though the dark, lyrical, mysterious soundtrack was initially released on a 10-inch EP, legal difficulties led to its being recalled, and the few copies that were sold became incredibly valuable collectors items. Now, for the first time, the session is issued in its full glory, including several previously unreleased tracks. One of the rarest European jazz records (only 100 copies on planet earth)."



IRMIN SCHMIDT Filmmusik vol. 5
1989 Virgin LP 209 919-630
michael karoli - rüdiger elze - steve baker - gerd dudek - barney wilen - franck ema-otu - trilog gurtu - jaki liebezeit - helmut zerlett
Soundtrack aus : " REPORTER "
TATORT " Freunde "
" Alle Geiszer Kreisen
" Wallenstein "
LP : 8 Tracks

LP; Cover mit kleinem Einschnitt; Platte in gutem Zustand
1 Zu Nah Dran (4:28) Drums - Jaki Liebezeit Guitar - Rüdiger Elze Lyrics By - Manfred Maurenbrecher Programmed By [Additional Sound & Percussion Programming] - Helmut Zerlett Vocals - Renan Demirkan 2 Gesicht Im Dunkel (6:46) Bass - Franck Ema-Otu Guitar - Michael Karoli Percussion - Trilok Gurtu 3 Mountain Way (3:28) Guitar - Michael Karoli Percussion - Trilok Gurtu 4 Rita's Tune (4:40) Bass - Michael Karoli Guitar - Michael Karoli Saxophone - Barney Wilen 5 Nuts'N News (3:04) Bass - Franck Ema-Otu Guitar - Michael Karoli Percussion - Trilok Gurtu 6 Bohemian Step (6:25) Bass - Michael Karoli Guitar - Michael Karoli Harmonica - Steve Baker (5) Percussion - Trilok Gurtu 7 Geld & Geister (6:38) Bass - Franck Ema-Otu Guitar - Michael Karoli Percussion - Trilok Gurtu Saxophone - Gerd Dudek 8 Zocker (3:54) Bass - Franck Ema-Otu Guitar - Michael Karoli Percussion - Trilok Gurtu Saxophone - Gerd Dudek






 

A Due Passai

 

 

 

BARNEY WILEN

BARNEY WILEN

Om d'artiste de Bernard Jean Wilen 
Musicien français (Nice, 1937 — Paris, 1996).
Il séjourne aux États-Unis de 1940 à 1946 et, dès son retour en France, étudie le saxophone ténor. En 1953, âgé de seize ans, il monte à Paris et côtoie sur la scène du Tabou les grands musiciens américains de passage comme Thelonious Monk. En 1957, il participe aux sessions d'enregistrement de la musique du film Ascenseur pour l'échafaud, orchestrée par Miles Davis. Il se produit également avec les vedettes du be-bop comme Dizzy Gillespie, Art Blakey et Bud Powell. Il fut un des premiers Européens invités au festival de Newport. Après une première éclipse en 1962, il réapparaît au milieu des années 1960 avec Dear Prof Leary (1968) en précurseur du free jazz européen, ouvert également à l'influence de la pop music, définissant ainsi les principes du free jazz-rock. En 1969, il part en Afrique pour un périple de deux ans qui lui inspire Moshi en 1972, album mêlant jazz et musiques africaines traditionnelles. Il disparaît à nouveau jusqu'à la fin des années 1970. En 1987 paraît la Note bleue, disque au succès mythique, sorti en même temps qu'une bande dessinée de Loustal et Paringaux inspirée de sa vie, et consacrant le retour au tout premier plan de ce musicien de niveau international.

 

Barney Wilen Discography 1954 - 1961
Barney Wilen Discography 1961 -1990
Barney Wilen Discography 1991 -2004

 

 


ALLÉE BARNEY WILEN

 
Full Movie The rest of your life (F)

http://vimeo.com/31298642

 


Barney Wilen, Blue melody, 2011
Barney Wilen, notes pour un libre parcours Yves Buin


 
Hommage à Barney Wilen avec Yves Buin door Fragments20-21


photo originale 24 x 30 cm de Barney Wilen


Barney Wilen PDF



photos originales de Barney Wilen, photo Jean-Marie





JAZZ à CLÉON Barney Wilen


Jazz Magazine Barney Wilen
(1987)

Wilen pour de vrai  p.22-22 

Variations sur la note blue
UNE RENCONTRE PASSIONNANTE DU JAZZ ET DE LA BANDE DESSINÉE, AVEC MUSIQUE.


Loustal's Barney Wilen 1985

Bande-son pour une BD

Wilen pour de vrai 
Wilen pour de vrai Jazz Magazine Barney Wilen et sa Bande  Jazz Magazine : spécial BD, janvier 1987 

Le blues du Saxo
Un film, Autour de minuit, signé Tavernier. Une bande dessinée, La note bleue, ceuvre du tandem Loustal-Paringaux. Une même nostalgie, génératrice de superbes images, de l'univers mythique du jazz des années 50.

TIRé-à-PART BARNEY WILEN


Jazz Magazine no 412
/Barney Wilen


Barney et la note bleue

Een stripfiguur met glanzende schoenen  (1987)

Barley Wilen 1937-1996 (1996)

  LOUSTAL : Von Volker Hamannl (1989)

 


LES GRANDES SIGNATURES Photo Album
Publisher: Editions de l'Instant / Jazz Hot Hors serie (1987)
ISBN: 2-86929-065-9
Extra Large Format Softcover - 112 pages
Black and white photos suitable for framing.

Features photos of Louis Armstrong, Dixie Land Jazz Band, Carla Bley, Lester Young, Coleman Hawkins, John Coltrane, Wayne Shorter, David Sanborn, Charles Delaunay, Boris Vian, Pierre Cressant, Leonard Feather, Wynton Marsalis, Terence Blanchard, Georges Benson, Stanley Jordan, Stanley Clarke, Chuck Loeb, Jaco Pastorius, Mike Stern, Stephane Grappeli, Didier Lockwood, Charlie Christian, Pat Metheny, Hiram Bullock, John Scofield, Jacques Hess, Joelle Leandre, Art Davis, sonny Rollins, Thelonious Monk, Dizzy Gillespie, Miles Gillespie, Charlie Parker, Andre Hodeir, Chet Baker, Helen Carr, Sonny Stitt, Michael Brecker, Huges Pannassie, Mister Klook, Claude Luter, Sidney Bechet, Miles Davis, Barney Wilen, Louis Malle, Jimmy Blankton, Sonny Grey, Todd Dameron, Jimmy Ford, Alan Eager, Kenny Clarke, Mimi Perrin, Billie Holliday, Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Nat King Cole, Billy Eckstine, Bobby Mac Ferrin, Whitney Houston, Art Blakey, Boris Vian, Art Pepper, Clifford Brown, Dexter Gordon, Buck Clayton, Charles Thompson, Coleman Hawkins, Big Chief Russel Moore, Laughin' Louie, Sidney Bechet, Duke Ellington Bottom of Form 0

Jazz Hot numéro 122. Juin 1957.  Little Junior Parker - jimmy Guiffre - Barney Wilen - Ernie Freeman - Concert Count Basie - Joe Williams - Bill Harris - Raymond Beau. 

 

This auction is for the June 1957 issue of JAZZ HOT - a French jazz monthly not to be confused with JAZZ MAGAZINE. This issue has a nice b/w photo of CLIFFORD BROWN on the front cover. Also Little Junior Parker, Jimmy Giuffre, Barney Wilen, Gerry Mulligan, Ernie Freeman, and more. Crammed with great photos of jazz legends, great advertisements, album reviews, concert reviews, and other important information. Measures approx. 215 x 270 mm (approx. 8 1/2" x 10 3/4” inches) - 44 pages with text in French.

 

 


The WIRE # 42 August 1987 Number 42
 
Cover: Bheki Mseleku "Afro Jazz, The New Force" / Horace Silver,
Articles on: Horace Silver; Xero Slingsby; Barney Wilen; Bheki Mseleku; Bud Shank; Record And Concert Reviews

 

This auction is for the May 1959 issue of JAZZ HOT - a French jazz monthly not to be confused with JAZZ MAGAZINE. This issue has a nice b/w photo of Barney Wilen, Paul Rovere, Duke Jordan, Kenny Dorham and Kenny Clarke on the front cover. Also Lester Young (9 pages - nice!), and a fabulous 5-page Thelonious Monk interview! VERY NICE ISSUE. Crammed with great photos of jazz legends, great advertisements, album reviews, concert reviews, and other important information. Measures approx. 215 x 270 mm (approx. 8 1/2" x 10 3/4” inches) - 40 pages with text in French.


Jazz Hot: Numero 245,decembre 1968
Référendum, Actualités France, 5e Paris Jazz Festival, Berlin 68, Sonny Murray, Barney Wilen, Fats Waller, Mike Mantler, Sy Oliver, Claude Luter
 

Barney Wilen


Loustal's Barney Wilen (1987)

For several months everyone had been waiting for this record. Its release was to be an important date in Barney Wilen's career. " Barney's first big album and under his name, you dig? ", people were saying on rue Saint-Benoît (the address of the Club Saint-Germain, where the album was recorded). It's true that we spoke a lot about this anthology before its release : Barney Wilen, who is, at the age of 23, a saxophonist known worldwide (the entire specialized press, from Europe to the two Americas, has written articles about him), had recorded, on the sunniest days of April 1959 (the 24th and 25th), a few magnetic tapes with two compatriots and two "Americans in Paris ". The composition of the group was not the result of a compromise with fate, but a defined choice made possible by circumstances : combining Duke Jordan (piano), Paul Rovère (bass) and Daniel Humair (drums), we had built a rhythmic section with an amazingly young spirit, capable of creating the most favorable climate for Barney. By giving him Kenny Dorham (trumpet) as partner, we were giving him an illustrious companion, a sort of crowned godfather, whose presence alone gave a new nobility to the godchild.

 With Besame Mucho, Lady Bird, Jordu and especially Stablemates, you will certainly discover a Barney Wilen you had only glimpsed up to now. These pieces reveal a marvelously lyric, inspired and accomplished saxophone player, swinging as if he were possessed. The young voice of his tenor sings improvised melodies whose rhythmic exactitude evoke the great Hawkins ; his moving variations on a theme have the flame of a Bechet. But two comparisons are already too much : what Barney Wilen expresses, comes from himself and if it seems fair to acknowledge that he knows the masters, we must also observe that he still keeps the accent of his sunny Nice (where he was born on March 4th 1937, under the sign of Pisces), with the open " gypsy " side of the cat who has listened to Grappelly many times. Stephane, in fact, when he came to the well-named rue Saint-André-des-Arts to listen to this record for the first time, under the blindfold test, learned to his surprise that the saxophonist whose music he had appreciated so much was Barney. " No Joking? Is that the youngster who lived two doors away from here?" he exclaimed. Well, he has become a great musician! ". It can't be said any better.

 
 

Raymond Mouly (original liner notes, 1960) adapted from the French by Isaac Saint Mire.

"I had proposed to Sonny Rollins to play in San Remo thinking : Barney will be glad to hear him live... ". Marcel Romano, searching his memory, remembers the story, the details of the "Barney "sessions, and between other digressions, mentions the "gift "he wanted to make to the youngest of the two saxophonists (Barney Wilen was twenty-one years old, Rollins twenty-eight). The San Remo festival was to be held on February 21st and 22nd 1959, just a little over a year after Romano had offered to this young man from Nice the opportunity of a even more decisive encounter : the music of the film Lift To The Scaffold with Miles Davis ....

 
(from the left to the right Miles Davis, Rene Urtreger, Barney Wilen)

 Other film makers had immediately thought of repeating the experience. Passionate about both jazz and movies, familiar with both fields, which often mixed on certain nights at the Club Saint-Germain, Marcel Romano, catalyst of countless events in the world ofjazz, for which the rue Saint-Benoit was one of the centers, imposed himself as the ideal go-between.

"Edouard Moulinaro, who was finishing Un Temoin Dans La Ville and had ppreciated

the work of Miles Davis on Louis Malle's film, had asked me if the trumpeter would accept to do another sound-track. But Miles was onto something else, he had other projects, a new group to which he was attached - maybe if the music could have been recorded in New York , with his musicians... Since I wanted push Barney, I took advantage of a trip to New York to look for another prestigious trumpeter who could play with him. 1 ended up contacting Kenny Dorham, who had taken Miles place place to sit in with Charlie Parker and had been one of the members of the first jazz Messengers. He accepted, and 1 flew him over to France . To complete the group, I called up Duke Jordan and had thought of Kenny Clarke - but Kenny, who appears on the sound-track of the film, was on tour in Italy and was not available for the Club Saint-Germain sessions. Therefore it's Daniel Humair, a twenty year old Swiss musician, who had been living in Paris for just a few months, who played drums. And he was wonderful... ': As for the bass, certain discographies mention the name

 

 


Barey Wilen Japan


Barey Wilen Japan

Barney Wilen
Wilen, a self-taught musician, made a strong impression on the Paris scene in the mid 1950s; he recorded there with both Roy Haynes and John Lewis and made his first album at the age of nineteen. He worked with Miles Davis on the Lift To The Scaffold soundtrack and in concert in 1957, and with Art Blakey on the Les Liaisons Dangereuses soundtrack and in concert in 1959. Not continuously active as a player, he re-emerged in 1966 as an exponent of free jazz. He appeared at the Berlin festival in 1967 with Indian classical musicians, and acted as the recording engineer for Archie Shepp's live performance in Algiers in 1969, before working as an anthropological film-maker in Africa from 1970-1976. A further resurgence on the 1980s Paris scene featured playing that was much nearer to his bop-derived debut years, startling with an album of music inspired by a jazz cartoon, Loustal’s La Note Bleue. Wilen's early work absorbed the implications of Americans such as Sonny Rollins, but with a softer tone possibly influenced by Lucky Thompson's first visit to France. As well as demonstrating the maturity of the Paris scene, which was then a Mecca for visiting American players, Wilen himself sounds remarkably fresh and vital in retrospect

French Ballads (1987; IDA). A straight-ahead and even unambitious quartet album with Michel Graillier, this featured exclusively French-written popular songs of the past. Only the internationally known "Autumn Leaves" is a little disappointing. 
 
 
 Tenor and soprano saxophones.
 born: Nice, France, 4 March 1937; d. 24 May 1996.

Jazz the rough guides

 


JAZZMAN N° 16 Juillet - Août 1996


SOMMAIRE
- Barney WILEN
- Chick COREA
- Don CHERRY
- DJOA
- Herbie HANCOCK

 


Swing Journal, nr 5 may 1997
This issue features nice items on Bill Evans ,Eric Alexander,French Vogue Records,Barney Wilen,Lee Konitz,a Charnett Moffet"I Love Jazz"Test,Roger Kellaway and of course tons of pictures and reviews (in Japanese)
330 p.

 

JAZZ MAGAZINE n° 67 de février 1961. Cher frère jazz (courrier), Où jouent-ils?, Flashes, Informations, Disques du mois... et articles sur Barney Wilen, Trente ans de cinéma, Paris blues by night (photos de J.P. Charbonnier) Photos de J.P. Leloir, J.P. Charbonnier..


JAZZMAN,N°125 - JUIN 2006, 80 pages
- bd: Blutch Festival
- SERGIO MENDES
- BARNEY WILEN 15 CD DE LEGENDE
- Robert Glasper
- Interview: RON CARTER
- E.Pieranunzi  etc...

BARNEY WILEN

This b/w picture was taken in Milano (ITALY) by Riccardo Schwamenthal. The photo, unframed, measures cm. 17,50 x cm. 24,00 (about inches 7,00 x 9,50) The picture is signed overleaf by the author.

BIOGRAPHY OF BARNEY WILEN

March 4, 1937 - May 25, 1996

Bernard Jean Wilen, AKA Barney was born March 4, 1937. Wilen was a self taught player and became one of Europe's best and more modern saxophonists. He was born in Nice to a French mother and an American father.He studied the alto and, at 16, moved to Paris where he played with Henry Renaud, Bobby Jaspar and Jimmy Gourley He grew up mostly on the French Riviera; the family left during World War II but returned upon its conclusion. According to Wilen himself, he was convinced to become a musician by his mother's friend, the poet Blaise Cendrars. As a teenager he started a youth jazz club in Nice, where he played often. He moved to Paris in the mid-'50s and worked with such American musicians as Bud Powell, Benny Golson, Miles Davis, and J.J. Johnson at the Club St. Germain.  He was very fortunate to tour and record with Miles Davis in 1957. This led to him performing on the soundtrack to the Louis Malle film "Lift to the Scaffold" in 1957. The recording won the Prix Louis Delluc the next year.Two years later, he performed with Art Blakey and Thelonious Monk on the soundtrack to Roger Vadim's Les Liaisons Dangereuses (1960).  He appeared at the 1959 Newport Jazz Festival, one of the first non-americans to do so. During the '60s,Wilen explored with free jazz and Indian music. He appeared at the 1967 Berlin Festival and engineered Archie Shepp's 1969 live performance at the Algiers Festival. In the late 70's and 80's he returned to playing the ballads of his influences Sonny Rollins and Harold Land leading to him being awarded the Grand Prix Charles Cros in 1987. In the 90's he continued to be active, playing at many european summer jazz festivals and recording. He died of cancer May 25, 1996 in Paris, France. Much of Wilen's later work was documented on the Japanese Venus label.

Bibliography

P. Carles and J.-L. Comolli: “Entretien avec Barney Wilen: portrait d’un fantôme,” Jm, no.127 (1966), 30

M. LeBris: “Barney Wilen: ma direction c’est le rock,” Jh, no.245 (1968), 28

M. Laplace: “Lexicon van Franse rietblazers,” Jazz Press, no.12 (1977), 13

P. Lapijover: “Jazzman et Français,” Jh, no.355 (1978), 30

P.-H. Ardonceau: “Wilen pour de vrai,” Jm, no.357 (1987), 22

E. Lucas: “Le mythe Barney, le style Wilen,” Jm, no.412 (1992), 29

J. R. Masson: “Le destin romantique de Barney Wilen,” Jm, no.461 (1996), 21

CHRONOLOGY

Born, Nice, France March 4, 1937

Moves to Arizona 1937

Retuns to Nice 1947

INR Broadcast with Henri Renaud, Brussels November 4, 1954

Records with Jay Cameron, Paris January 19, 1955

Records with John Lewis, Paris December 4 and 7, 1956

Appears with Bud Powell, Paris 1957

Records "Tilt" as a Leader, Paris January 7, 1957

Records "Barney Wilen Quartet/Quintet" as a Leader, Paris Spring 1957

Appeared at San Remo Jazz Festival 1956

Records with Roy Haynes, Paris October 26, 1954

Tours Europe with Miles Davis 1957

Records with Miles Davis, France November 30, 1957

Berlin Jazz Festival appearance 1967

Engineer’s for Archie Shepp at Algier’s Jazz Festival 1969

Records Lift to the Scaffold with Miles Davis December 4-5, 1957

Performs, and is broadcast with Miles Davis, Amsterdam December 8, 1957

Broadcast with Miles Davis, Paris November 30, 1957

Records with Martial Solal, Paris 1958

Records with Milt Jackson , Paris February 13 & 14, 1958

Records "Un temoin dans la ville" as a Leader, Paris April, 1959

Records with Andy Bey, Paris April 15, 1959

Records with Kenny Dorham, Club Saint-Germain, Paris April 24 & 25,1959

Records with Flavio Ambrosetti, Lugano, June 27, 1959

Appeared at Newport Jazz Festival with Toshiko Akiyoshi, July 4, 1959

Newport, USA

Records with Art Blakey, Paris July 28 & 29, 1959

Toured Europe with Miles Davis 1959

Appears with Bud Powell, Club St. Germain, Paris November 7, 1959

Appears with Bud Powell, Club St. Germain, Paris December 5, 1959

Appears with Bud Powell, Club St. Germain, Paris December 12, 1959

Records with Art Blakey, Theatre Des Champs-Elysees, Paris December 18 & 19, 1959

Appears and records with Bud Powell, Paris 1960

Records with Flavio Ambrosetti, June 26 & 27, 1961

Records with Gil Cuppini September 1 & 2, 1961

Records "Jazz Soundtrack From Mental Cruelty" as a leader 1962

Records "Moshi" 1971

Nice J F appearance with Stan Getz, Curtis Fuller 1970’s (late)

Comic "Barney et la note bleue" 1986 a Suivre/Casterman

Appears at opening of Appolon Auditorium, Nice 1986

Appears with Martial Solal at Cully Lavaux Jazz Festival March 23, 1991

Appears at Marciac Jazz Festival, Marciac August 13, 1995

Appears at the Blue Note October 17-22, 1994

Tours Japan and appears at the Blue Note, Tokyo November, 1995

Appeared at the Sunset, Paris (trio) April 5-6, 1996?

Died, Paris May 25, 1996

 

Pierre Genty
Aspects et unité de l’œuvre
d’un jazzman européen :
Barney Wilen

http://www.musicologie.org/

Il y a un peu plus de dix ans s’éteignait une figure insolite du jazz français : Barney Wilen (1937-1996), saxophoniste à la carrière particulièrement irrégulière et aventureuse, dont l’œuvre polymorphe1 résiste aux catégorisations stylistiques. C’est que sa musique, extrêmement changeante, reflétant des influences très diverses, semble constamment à la recherche de liens entre différents courants musicaux et artistiques.

La carrière de Barney Wilen se divise selon trois périodes : 1954-1961 où le saxophoniste réalise un parcours de jeune musicien prodige, passant du lycéen niçois anonyme à l'accompagnateur de Miles Davis et collaborant avec des jazzmen majeurs ; après une disparition de cinq ans, Wilen revient au devant de la scène de 1966 à 1971 où il est un des animateurs les plus actifs des mouvements d'avant-garde ; il disparaît une seconde fois pour opérer un retour remarqué en 1986 avec la « Note Bleue »2 . Il se réoriente alors vers un jazz plus académique, style dans lequel il continuera à jouer jusqu'à sa mort.

Indépendamment de ces trois périodes, l’œuvre de Barney Wilen se développe autour de trois axes différents : une partie que nous désignerons comme appartenant à l’esthétique du jazz moderne, c’est-à-dire des courants qui se sont épanouis durant les années 1940-1950 ; une partie expérimentale3 , par quoi nous indiquons les productions dans lesquelles Wilen cherche à rompre avec les formes traditionnelles du jazz, en participant notamment aux groupes d’avant-garde ; enfin une partie associant musique et image, à travers les collaborations de Wilen avec des cinéastes et les créateurs d’une bande dessinée.

Nous décrirons tout d’abord la musique de Wilen, en organisant notre travail selon ces trois axes. Dans une seconde partie, notre réflexion se portera sur l’unité de cette œuvre. Pour cela, nous nous intéresserons au contexte dans lequel elle s’inscrit et à l’identité culturelle complexe de son auteur, Barney Wilen, musicien de jazz moderne français.

Une solution intermédiaire      

Si Wilen a fait son apprentissage à l’alto, approché le baryton et le soprano c’est néanmoins au ténor qu'il réalise ses premières productions discographiques. À partir de 1959, il alterne le ténor avec le soprano, moins souvent avec l’alto, réutilisant épisodiquement le baryton, notamment à la fin de sa vie.

C’est parce qu’il est attiré par leurs couleurs propres que Wilen a eu recours aux autres tessitures. Il est visible en effet que sa démarche ne consiste pas à transposer son jeu au ténor sur les autres supports mais plutôt à exploiter les spécificités sonores des autres registres. Son jeu au soprano, il est un des premiers jazzmen post-bop à en avoir fait usage, est très clair, doux, « féminin »4  selon ce qu’en affirmait Wilen lui-même. On trouvera moins souvent Wilen à l’alto, peut-être du fait de l’importance historique de Parker, figure plus qu’intimidante pour les jazzmen de cette époque. Lors d'un enregistrement réalisé en 1960 avec la formation d'Art Blakey5 , on constate que l'approche de l'alto chez Wilen est d’une étonnante dureté, marquée par une sonorité rude et agressive, incisive.

Son choix du ténor comme instrument principal est le résultat d'une autre recherche. Wilen affirmait avoir adopté le ténor parce que celui-ci représentait, pour lui, une « solution intermédiaire »6  aux autres tessitures. Le ténor serait devenu son instrument principal non pour ses qualités sonores propres, non pas parce que Wilen a sans doute un meilleur niveau technique sur ce support mais en ce qu'il le considère comme un instrument polyvalent, capable de rendre et de synthétiser à lui seul les possibilités des autres registres.

Si une telle démarche ne s'impose pas de manière évidente pour qui écoute Wilen au ténor, on peut néanmoins relever deux caractéristiques qui sembleraient la confirmer. D'une part, l'approche de Wilen au ténor, beaucoup plus que sur les autres registres, a été l'objet d'une évolution importante qui confirme une recherche constante sur la sonorité. D’autre part, lorsque Wilen exploite le registre supérieur du ténor il s’exprime d’une manière qui rappelle son utilisation du soprano : de façon plus chantante et avec une approche rythmique plus libre (valeurs rythmiques longues, expression plus legato et liberté par rapport au tempo)7 .

Cette recherche d’un équilibre sonore, Wilen va l’étendre à son héritage stylistique marqué principalement par les figures des grands boppers et de Lester Young8.  

Les débuts du saxophoniste montrent une influence bop évidente. Dès ses premiers enregistrements, Wilen s’impose à Paris comme un des grands espoirs du jazz moderne. L’album « Tilt »9  révèle un leader de vingt ans s’exprimant avec une grande assurance grâce à une sonorité puissante, un impressionnant niveau technique et une improvisation mélodique audacieuse. Le répertoire emprunte volontiers au jazz moderne (Blue Monk) et aux standards du be-bop (A Night in Tunisia et Hackensack). On retrouve également l'influence du be-bop à travers une certaine agitation rythmique (fréquents doublements de tempo, alternance de croches et de triolets), l’utilisation de dissonances et un discours heurté marqué par une logique d’opposition entre les phrases. Néanmoins, Wilen donne l'impression de maîtriser parfaitement son expression, il se refuse à toute exubérance, ne semble pas connaître d'hésitation. Malgré son jeune âge il montre déjà une préoccupation très lesterienne pour la justesse et l'équilibre.

Wilen va peu à peu abandonner la rudesse de sa première approche et s’orienter vers une forme de souplesse mélodique caractérisée par un rythme flottant et la recherche d’un discours plus homogène. Sa sonorité aussi change, s'adoucit, son vibrato devient plus léger, le son s'accompagne d’un très léger souffle, un peu à la manière de Stan Getz. C’est le type de sonorité qu’adopte définitivement Wilen, on la perçoit même dans les productions de tendance free où elle se manifeste en dehors des passages de violence expressive et de hurlements.    

L’association entre le be-bop et le courant lesterien trouve son équilibre lors de la troisième période. Pour résumer, on pourrait avancer que Wilen est lesterien dans sa sonorité et sa construction rythmique, bop dans son approche harmonique. Wilen se dirige vers une forme de sophistication sonore et mélodique qui trouve dans les ballades un lieu d’expression idéal.

Les expériences ou combinaisons

La seconde période de Barney Wilen se caractérise par un certain nombre d'expériences musicales qui s'organisent selon deux directions : celle d'une fusion entre le jazz et certaines musiques traditionnelles (« Jazz Meets India »10 , « Dear Prof. Leary »11 ), celle de l'association musique – bande sonore (« Autojazz »12 , « Le Grand Cirque »13  et « Moshi »14 ).

À la première catégorie appartient un des disques les plus importants du saxophoniste, « Dear Prof. Leary », né dans le contexte de mai 1968. Au début de cette année, Barney Wilen fonde le Free Rock Group qui, comme son nom l'indique, se destine à une fusion entre rock et free jazz. Il s'agit d'une formation très souple dont la composition, des musiciens européens principalement, se renouvelle constamment. En juin 1968, le Free Rock Group enregistre « Dear Prof. Leary ».

Le disque est construit selon une formule novatrice : on oppose un trio rock  comprenant Mimi Lorenzini (guitare), Günter Lenz (basse) et Wolfgang Paap (batterie) à un trio jazz composé d’Aldo Romano (batterie), Barney Wilen (saxophone ténor et soprano) et Joachim Kühn (piano et orgue) chacun disposant d'un des canaux de la stéréophonie. On retrouve peu d’éléments du jazz, le bassiste, d’obédience rock, ne réalise pas de walking bass, la rythmique est constituée de riffs, Wilen alterne un phrasé qui n’a rien du jazz et des improvisations libres. Chez Kühn, la référence au free jazz réside dans des improvisations apparemment sans contrainte dans lesquelles l’expression se libère. Le répertoire fait également référence à deux univers : morceaux des Beatles ou d’Otis Redding alternant avec des compositions d'Ornette Coleman.

Même si le résultat sonore semble parfois surchargé, il faut reconnaître à Wilen l'originalité voire l'audace de sa démarche. En effet, le Free Rock Group est une des premières formations à proposer une synthèse entre le jazz et le rock et son utilisation de la stéréophonie est très innovante.

C’est également lors de cette période que se manifeste l’intérêt de Wilen pour les possibilités offertes par l’utilisation de la bande magnétique, le saxophoniste cherchant à incorporer des sons et des bruits dont il a réalisé lui-même les enregistrements.

Le long voyage de Barney Wilen en Afrique, de début 1969 à fin 1970, a été une des étapes marquantes de sa carrière et de sa vie. Durant ce trajet, entrepris dans le contexte idéologique et mystique de la fin des années 1960, Barney Wilen va enregistrer la  musique de plusieurs peuples de l’Afrique saharienne (Algériens, Peuls du Niger, Maliens).

De retour à Paris il réalise « Moshi »15  en compagnie notamment de deux de ses compagnons de route, Didier Léon et la très charismatique Caroline de Bendern. Ce disque  associe une musique de tendance pop-rock au contenu des bandes sonores collectées en Afrique.

Dans « Autojazz » et le « Grand Cirque », Wilen utilise également la bande magnétique mais celle-ci évoque un contexte parfaitement différent : celui du 25e Grand prix de Monaco qui fut marqué par l’accident mortel du célèbre pilote Lorenzo Bandini16. Wilen, qui réalisait des prises sonores du Grand Prix, est témoin de l’accident. À la suite de cet événement, il organise une série de manifestations qui associeront musique, bruits et projections vidéos de la course et qu'il intitule « Le destin tragique de Lorenzo Bandini ». Il enregistre « Autojazz » le 13 février 1968 et « Le Grand Cirque » en 1993 lors de sa troisième période.

Les deux disques sont construits selon cinq parties. Dans « Autojazz », chaque titre  fait référence à un moment particulier de la course : Expectancy (attente), Start, Tribune Princière, Hairpin (que l'on pourrait traduire par « virage en épingle à cheveux ») et Canyon Sound and Bandini's Destiny.

Dans « Le Grand Cirque » la musique est d’inspiration jazz-rock même si certains passages du disque font entendre des séquences d'improvisation libre. La forme se résume visiblement à la mise en place des introductions et des expositions de thèmes, l'ordre des improvisations et leur durée ne donnant pas l'impression d'avoir été définis au préalable et les interventions de la bande sonore étant apparemment aléatoires.

Dans les deux cas, « Moshi » et « Le Grand Cirque », Wilen a recours à la bande sonore moins pour ses possibilités techniques (boucles, effets sonores) que pour ce qu’elle contient. Il procède ainsi de deux manières : soit dans une optique purement musicale, en faisant de la bande sonore un membre de l’orchestre ou en recherchant, dans cette association, une couleur sonore particulière ; soit en se servant du contenu de la bande pour ajouter une dimension extra-musicale au travail des musiciens.

On rencontre la première approche dans « Moshi » où la bande sert d’introduction à la formation pour disparaître peu à peu (Moshi ou Chechaoun), dans 14 temps ou Tindy Abalessa on assiste à une tentative d’interaction (guitariste cherchant à instaurer un dialogue virtuel avec des chants de femmes). De même, il est possible qu’« Autojazz » et « Le Grand Cirque » furent les lieux d’une expérimentation sonore.

« Autojazz », à l’origine projet associant musique, bruits et vidéos de la course, semble davantage lié à la seconde approche. Il existe une progression dramatique dans ce disque qui est organisé selon différentes étapes de la course et respecte l’ordre chronologique mais sans que le moment de l’accident puisse être clairement identifié. En cela Wilen parvient à maintenir une tension qui n'est pas produite par la dimension musicale ni par l'aspect acoustique de la bande sonore mais par un élément narratif auquel cette dernière renvoie. Cette incertitude se manifeste également dans les rappels aléatoires de la course, la forme libre qui concourt à une impression de hasard et qui évoque l’incertitude, voire l’accidentel.

Il convient de ne pas négliger le très fort potentiel évocateur de la bande sonore dans « Moshi », qui, du reste, est aussi la trace sonore d'un voyage qui a profondément marqué Wilen. Il semble que l’utilisation de la bande sonore soit d'abord motivée par une tentative de réunion entre la dimension musicale et une dimension narrative ou mystique avant d'être une recherche sonore, laquelle par ailleurs s'impose nécessairement.

Musique et image

Cette tentative de réunion avec une dimension extra musicale se traduit également dans la collaboration de Wilen avec le cinéma et, de manière plus inattendue, avec la bande dessinée.

Un des passages remarqués de la carrière de Wilen est sa participation à la bande sonore d’« Ascenseur pour l’échafaud »17 . C’est paradoxalement une des réalisations pour lesquelles il a été le moins actif. Le disque révèle avant tout la puissance créatrice d’un Miles Davis. Alors âgé de vingt ans, Barney Wilen, sans doute intimidé par l’envergure de son aîné, fait preuve de la plus grande discrétion et se limite à un rôle d’accompagnateur. On retient également sa participation au sein des Jazz Messengers à la bande-son des « Liaisons dangereuses »18.

Dans ses réalisations pour le cinéma, Wilen procède de manière assez conventionnelle, sa démarche consistant avant tout à donner une illustration sonore à l’image. Dans le cas d’« Un témoin dans la ville »19, il cherche à reproduire musicalement les ambiances et les situations du film : il prend un ton mélancolique pour accompagner des chauffeurs de taxi attendant les derniers clients d’une boîte de strip-tease, imite les sirènes des véhicules de police ou adopte un rythme heurté pour faire référence à une poursuite de voiture. Dans « Le cœur fantôme »20 de Philippe Garrel la musique sert de transition entre des scènes et apparaît lorsque les personnages ne parlent pas. L’association musique image est judicieusement utilisée lors d’une séquence qui montre un peintre réalisant un tableau. Durant toute la durée du travail on entend le saxophone de Wilen improviser librement. Comme le peintre qui construit avec incertitude, Wilen poursuit différentes idées musicales, hésite, abandonne certains motifs, cherche à en développer d’autres.       

Le cinéma n'est pas la seule collaboration de Wilen avec les arts visuels, ce dernier est un des premiers sinon l'initiateur d'un genre tout à fait inédit, et sans descendance, qui associe musique et bande dessinée.

En 1984, alors qu'il a presque totalement disparu de la scène du jazz, Barney Wilen découvre une bande dessinée dont le personnage présente des points communs troublants avec son apparence physique et sa biographie. Après avoir pris contact avec les auteurs de l'ouvrage, il réunit des musiciens et enregistre un album qui porte le même titre que la bande dessinée : « La Note Bleue ». Le disque rencontre un immense succès puisqu'il est vendu à près de 60 000 exemplaires ce qui est tout à fait exceptionnel pour un disque de jazz en France.

L’entreprise de la « Note Bleue » est originale car l'association bande dessinée et musique ne trouve pas ou peu d’antécédents. Une telle association pose nécessairement de nombreux problèmes par rapport à la prise en compte de paramètres complexes et, a priori, contradictoires, principalement sur la notion de durée, celle objective du morceau, celle subjective de la lecture. De plus, l'interaction ne peut agir que dans le sens musique - dessin dans la mesure où le projet musical s’est greffé sur un matériau visuel déjà achevé et qui a été conçu sans le projet d’une telle association.

La bande dessinée s’organise en treize chapitres ou treize épisodes dont les titres sont, les plages 2 et 6 exceptées, les mêmes que les treize premiers morceaux du disque. Il existe certains liens entre la musique et l’image : un orchestre de bal dans Triste Again, la formation de Wilen improvise incongrûment un twist, on réutilise le thème original d’une série policière pour répondre à l’ambiance de polard dans Harlem Nocturne et, plus littéralement, lorsque les musiciens fictifs oublient d’accompagner le soliste dont ils sont surpris par la présence, le vrai Barney Wilen réalise seul un Besame Mucho.

Il apparaît ainsi que le rapport de la musique à l'image se limite au clin d’œil ou à la vague interprétation musicale des atmosphères de la bande dessinée et qu'elle ne propose pas une véritable solution au problème de la synchronisation lecture / écoute. Au demeurant, ces rapports sont peu nombreux les autres titres ne présentant pas de liens pertinents avec la bande dessinée. On peut donc émettre des réserves sur la nécessité de ce disque, sinon qu’il a permis un retour opportun de Barney Wilen sur la scène du jazz.  

La nécessité d’une synthèse

Nous avons présenté l’œuvre de Barney Wilen en y distinguant trois périodes (une période bop (1953-1961), une période expérimentale (1966-1971) et une période plutôt académique débutant au début des années 1980) et trois axes esthétiques (jazz moderne,  expériences et combinaisons, rapport musique et image). De telles divisions ont pour avantage de présenter de manière pratique l’œuvre de Wilen mais n’en explique pas l’hétérogénéité ; elles soulignent, au contraire, l’impossibilité de circonscrire sa musique à un courant précis. Le contexte dans lequel cette œuvre prend place peut nous éclairer sur son unité.  

On sait que les concerts de jazz, en France, n’ont pas cessé pendant l’Occupation et qu’il a même existé un regain d’intérêt pour cette musique21. Cependant, si on s’intéresse au jazz de cette époque, on n’y trouve aucun germe de la modernité qui s’épanouissait alors de l’autre côté de l’Atlantique à travers les figures de Charlie Parker et Dizzy Gillespie. De fait, lorsque les premiers disques de bop arrivent en France c’est un bouleversement pour la vie du jazz français qui n’avait alors absolument pas prévu une telle évolution. Aux débats passionnés que le be-bop va susciter dans la communauté des amateurs de jazz s’ajoute la vague de redécouverte du style Nouvelle-Orléans qui avait débuté avant-guerre de sorte qu’à partir de la fin des années 1940, le jazz va se scinder de plus en plus nettement entre anciens et modernes.

L’émergence d’un jazz moderne en France va être précédée d’une phase nécessaire d’assimilation aux nouvelles approches du be-bop. Le fossé est tel qu’on pourrait affirmer que les musiciens français vont réapprendre le jazz. C’est par le disque que les premiers jazzmen modernes français comme Hubert Fol ou Jean-Claude Fohrenbach vont s’initier au nouveau langage mais également lors des tournées de jazzmen américains, lesquels vont être l’objet de la plus grande attention. Un bopper comme Kenny Clarke qui résidera à Paris de 1948 à 1951 et se produira régulièrement au Club saint-Germain avec notamment Pierre Michelot ou René Urtreger, va jouer un rôle formateur stratégique pour la nouvelle génération. Il est par ailleurs caractéristique que le batteur américain, tout comme Don Byas, découvrant le continent européen lors d'une tournée après la guerre, vont s'y installer quelques années plus tard comme professeurs.

Barney Wilen va succéder à cette génération de pionniers et symboliser malgré lui, parmi d’autres, un jazz français parvenu enfin à une certaine autonomie, capable tout du moins d’évoluer sans la tutelle des jazzmen américains. Cependant, c’est précisément cette image de jazzman prodige, grand espoir du jazz en France, collaborant avec Miles Davis en 1957, que Barney Wilen va chercher à fuir, pressentant que sa créativité ne pourra réellement s’épanouir dans le domaine strictement jazzistique.

Wilen justifiera son retrait de la scène de 1961 à 1965 par la nécessité de « faire le point » se sentant emprisonné dans l’esthétique du be-bop22. En 1972, lorsqu’il revient d’Afrique, Wilen affirme que, contrairement à un jazzman américain, il a lui pour avantage de bénéficier d’une plus large ouverture culturelle : « je suis francophone et anglophone… On pourrait aussi trouver étonnant que j’ai joué du jazz, que Michel Roques et Michel Portal fassent du jazz… Les musiciens américains n’ont sans doute pas eu autant de chance que moi. »23  Nous comprendrons ainsi : le fait que je sois jazzman et français n’est pas un inconvénient, ce n’est pas forcément habiter dans la périphérie du jazz, c’est au contraire posséder une culture beaucoup plus riche et diverse que le musicien de tradition rigoureusement jazzistique. Vingt ans plus tard, alors qu’il est revenu vers une esthétique beaucoup plus conventionnelle, Wilen, présentant Les feuilles mortes lors d’un concert au Japon, se fait l’ambassadeur de bon goût d’un certain répertoire jazzistique français :  « on m’a dit : "tu sais petit, la chanson française se prête pas au jazz." Et donc nous sommes là ce soir pour vous prouver le contraire.24 »

Cette anecdote nous révèle, chez Wilen, le désir, parfois opportun, de construire une musique qui ne puisse être univoquement définie comme jazz, musique dont la tradition est ailleurs. Pour y parvenir, la démarche de Wilen consistera principalement à confronter son expérience de jazzman avec des éléments non jazzistiques. On ne trouvera finalement que peu de tentatives dans lesquelles Wilen cherche à s’engager dans une direction totalement nouvelle.

Ainsi, derrière l’aspect hétérogène de l’œuvre du saxophoniste et les revirements qui parcourent sa carrière, c’est une recherche synthétique constante qui se manifeste à la fois dans ses choix instrumentaux et stylistiques mais également dans des tentatives de métissage  (entre des musiques différentes) et de combinaisons (entre image et son, entre son et bruit).

Nous avons relevé trois niveaux de synthèse.

Une Synthèse entre les styles : le style de Wilen tend à associer certaines particularités du jazz be-bop et certaines du style lesterien, ainsi que du blues. Chez Wilen, les influences jazzistiques ne jouent pas un rôle didactique, qui servent à son apprentissage de musicien et qu’il dépasse, mais plutôt un rôle véritablement constitutif : c’est dans leur combinaison que Wilen trouve sa singularité. Son choix du saxophone ténor montre à quel point la démarche synthétique est importante chez lui.

Synthèse entre les musiques :  à plusieurs reprises, Wilen tentera des associations entre jazz, rock, musiques ethniques, répertoire de chansons populaires françaises, thèmes de musique classique.

Synthèse entre les arts : à travers ses collaborations avec le cinéma, la bande dessinée et le théâtre.

 

Pierre Genty
11 décembre 2007